Ambilem est un village de quelque 1 200 habitants situé sur le plateau dogon et qui fait partie de la commune rurale de Tedjé. Depuis Douentza, il faut d’abord une heure de 4 x 4 par une piste très difficile pour aller jusqu’au pied de la falaise. Là on peut découvrir, pendant la saison « fraîche » (de décembre à mars), les jardins maraîchers cultivés par les villageois. Il faut ensuite une petite heure de marche pour grimper jusqu’au village.
Ambilem 1 A partir de janvier, femmes et enfants doivent aller chercher l’eau à Ambagolo, situé à une heure de marche du village. Des puits sont creusés dans le lit d’une rivière asséchée et approfondis au fur et à mesure que la nappe phréatique baisse avec l’avancée de la saison sèche. Ces puits provisoires sont détruits chaque année par la rivière qui réapparaît pour quelques mois à chaque saison des pluies.

Les villageois ont essayé de creuser un puits à proximité du village. Ils ont travaillé pendant trois ans à la barre à mine pour atteindre une profondeur de 24 mètres où ils ont été bloqués par une roche trop dure pour leur outillage. Ils n’ont pas atteint la nappe phréatique permanente et ce puits, très dangereux, ne fournit plus, en février, que 4 à 5 seaux d’eau chaque matin pour tarir complètement à partir de mars.

L’ONG Aqua Viva a réalisé en 1986 un forage où l’eau devait être remontée d’une profondeur de 40 mètres avec une pompe manuelle. Comme tous les forages de ce type, celui-ci est rapidement tombé en panne. Après avoir été réparé plusieurs fois aux frais des villageois, la pompe s’est retrouvée définitivement hors d’usage.
Un second forage a été financé par l’Union Economique et Monétaire Africaine fin 2007. Il a rapidement connu le même sort que le premier et il est maintenant hors d’usage.
Ambilem 2 Le projet, voté à notre assemblée générale de septembre 2014, est de creuser un puits citerne à côté du second forage où le niveau statique de l’eau est à 33 mètres de profondeur.

29 mètres ont été creusés au cours de l’exercice 2015-2016, 7 mètres au cours de l’exercice 2016-2017 et 4,50 mètres au cours de cet exercice. 34 567,81 euros ont été dépensés au total jusqu’à présent. La profondeur dépasse 40 mètres mais ce n’est toujours pas suffisant pour avoir un niveau d’eau pérenne. Il va falloir attendre la fin de la prochaine saison sèche (avril-mai 2019) pour continuer les travaux. La « fenêtre » est courte : il faut en effet attendre la fin de la saison sèche et que le niveau de l’eau ait suffisamment baissé pour ne pas avoir trop à pomper chaque matin avant de reprendre le travail. Les travaux doivent s’arrêter dès que l’hivernage commence car l’eau remplit alors en grande partie le puits. Moussa pensait qu’il ne serait pas nécessaire d’effectuer la jonction avec le forage voisin mais cette option va être réétudiée.
Nous avons reçu une aide importante du Conseil Régional d’Ile-de-France qui nous a octroyé 12 500 euros de subvention. La Ville de Montmagny contribue quant à elle pour un montant de 1 000 euros. Le solde de 28 030 euros est pris en charge par Villages Dogons.

Région Ile de France