Début décembre 2020, nous avons été contactés par un groupe de femmes de Douentza. Leur présidente, Hélène KASSOGUE, est une amie d’enfance de Youssouf KAREMBE, le chanteur dogon qui est venu plusieurs fois animer notre expo à la salle des fêtes. C’est lui qui nous a mis en relation.
Les 57 femmes sont regroupées dans une « société coopérative simplifiée » et cultivent notamment un périmètre maraîcher d’environ un hectare à proximité immédiate de Douentza.
Leur première demande a été un micro-crédit. Après divers échanges avec Hélène KASSOGUE et les membres du CA de Villages Dogons, il a été décidé de faire un premier prêt de 500 000 FCFA (environ 750 €) et une convention a été signée entre l’association des femmes et Villages Dogons. Cette somme sera confiée à un premier groupe de femmes pour une durée de 3 mois. A l’issue de cette période les femmes rendront l’argent prêté et paieront les intérêts qui seront versés dans la caisse et qui serviront à nous rembourser. Les 500 000 FCFA seront ensuite confiés à un autre groupe de femmes pour la même durée et le processus se poursuivra.
La seconde demande concernait un puits maraîcher. Les femmes utilisaient un puits qu’elles creusaient elles-mêmes dans la terre et qu’elles surcreusaient au fur et à mesure que le niveau de la nappe baissait avec la saison sèche. Tout était à recommencer l’année suivante.
Plusieurs devis ont été établis et nous avons finalement retenu celui de l’entreprise E.O.T de Mopti qui est aussi celle que nous avons choisie pour le puits d’Angaye en Côte d’Ivoire. Son montant est de 3 084 562 FCFA (4 702 €) pour un puits à grand diamètre (1,80 m) d’une profondeur de 15 mètres. Une entreprise de Douentza nous avait proposé un devis de 10 029 000 FCFA pour le même travail !
Les travaux ont commencé le 20 février

douentza 1

et se sont terminés le 4 mars.

douentza 2

Deux semaines ont suffi pour réaliser ce puits creusé en terrain tendre (terre et argile). Le jardin est étendu (1 hectare, équivalent à 100m x 100m) et même si le puits est implanté au centre, les allers et retours avec un arrosoir ou un seau de plus de 10kg représenteraient une fatigue importante. C’est pourquoi Hélène KASSOGUE nous a demandé s’il était possible de financer la construction de 4 bassins situés à une distance de 35 à 40 mètres du puits et approvisionnés depuis celui-ci par un tuyau enterré. Nous avons accepté le devis de 781 612 FCFA (1 192 €) et les travaux ont été réalisés fin mars.
La troisième demande est celle d’une clôture. Il est nécessaire en effet de protéger les cultures de la gourmandise du bétail errant, notamment les chèvres qui sont de redoutables prédatrices ! Le devis de l’entreprise E.O.T qui a réalisé le puits s’élève à 3 444 000 FCFA (5 250 €). Nous avons organisé une vente sur internet en mai 2021 dont les bénéfices ont permis de financer ce projet. Les travaux ont été réalisés début juin.